Le Bonheur comme but

La pratique des 5 remémorations de Bouddha : liberez-vous de vos peurs originelles #1/6

Méthode Rédigé par Fabien Evain le 11 août 2017

La pratique des 5 remémorations de Bouddha : liberez-vous de vos peurs originelles #1/6

Voici le premier article d’une série de 6 sur les pratiques bouddhistes d’Éveil. Chacune de ces pratiques ont pour but de développer notre pleine conscience et de faire germer en nous nos graines du bonheur. Pour débuter cette série, je vous présente ici une pratique de contemplation pour faire remonter nos peurs et s’en libérer. Mais avant tout, un mot sur "manas".

"Manas", mais qu'est ce que c'est ?

Vous l’avez remarqué, une partie de nous nous pousse à rechercher le plaisir et fuir la souffrance. Cette tendance s’explique dans le bouddhisme par la présence de “manas” entre notre conscient et notre inconscient. Manas maintient l’illusion d’un soi séparé, source de toutes nos souffrances. En développant notre sagesse, nous pouvons transformer Manas.

Souffrance, mon amie ?!

Nous fuyons la souffrance, pourtant elle peut être très bénéfique. Comprendre la souffrance nous permet de développer notre compassion et notre amour. Une fois comprise, nous arrêtons de blâmer autrui, nous acceptons avec compassion, et le bonheur devient possible. La souffrance est un message. Même si on tente de la fuir, elle est là, latente, insidieuse. Pourtant, une fois qu’on a compris comment la gérer, elle devient une alliée, un signal d’alerte qui veut nous aider. La souffrance, écoutée avec bienveillance devient une voie d’éveil et de sagesse.

Nos peurs originelles

Derrière nos souffrances se trouvent des peurs. Afin de les faire émerger et de les accepter, Bouddha nous offre les 5 remémorations. Le terme “remémoration” indique bien que nous savons déjà. Mais avons nous accepté ? Il est important de les lire “pleinement”. Ce n’est pas facile, car on a l’habitude de fuir nos peurs. Mais c’est une erreur, car à force, c’est la vie que l’on fuit. Ne cherchez pas à tirer des conclusions mentales ou à juger ce que vous allez lire. Mettez votre mental en pause ou vous serez dérouté. Pour que la graine de peur circule, l’esprit doit être ouvert. C’est avant tout un exercice de pleine conscience.

Les 5 remémorations de Bouddha

Je vous invite à prendre le temps de lire ces remémorations :

  1. Il est dans ma nature de vieillir. Je ne peux échapper à la vieillesse.
  2. Il est dans ma nature d’être malade. Je ne peux échapper à la maladie.
  3. Il est dans ma nature de mourir. Je ne peux échapper à la mort.
  4. Tout ce qui m’est cher et tous ceux que j’aime, j’en serai séparé un jour. Je ne peux échapper au fait d’être un jour séparé d’eux. Je ne peux rien garder. Je suis venu ici les mains vides et je repartirai les mains vides.
  5. J’hérite du fruit des actions de mon corps, de mes paroles et de mes pensées. C’est la seule chose que je puisse emmener avec moi.

Voici la première pratique bouddhiste. Cette lecture active, reliée à notre ressenti est à faire quotidiennement. N’hésitez pas à me questionner ou me faire vos retours d’expériences en commentaire ou via Facebook. La prochaine pratique bouddhiste aura pour but de nous éveiller à l’instant présent, seule résidence du bonheur. D’ici là, gardez le cap, n’oubliez pas que le bonheur est notre but ! Mise à jour : le second article sur les pratiques bouddhiste est en ligne !